1. Principes


La mise en place d’un implant à l'intérieur de l'œil est une technique proposée depuis de nombreuses années. On parle d'implants phaques car le cristallin est laissé en place.

Elle permet de corriger des défauts de vision trop importants pour bénéficier d'une chirurgie au laser, ou quand il existe une contre-indication au laser.

La forme de la lentille convexe ou concave, peut permettre la correction de myopie ou d'hypermétropie. Il existe même des implants intraoculaires toriques qui peuvent compenser un astigmatisme associé à une myopie ou une hypermétropie forte.

Il existe deux grandes familles d’implants phaques. Les implants de chambre antérieure sont placés en avant de l'iris.

 

 

Les implants précristalliniens sont placés en arrière de l’iris.

 

 

 

2. L’opération


Une visite avec un anesthésiste est nécessaire avant l'intervention.

L'intervention se déroule au bloc opératoire.

Une anesthésie locorégionale ou générale est possible.

La durée de l’opération est d’environ 15 minutes.

Une incision est réalisée. Sa  longueur dépend de l'implant choisi, entre 3 et 6 mm.

L'implant est ensuite inséré dans l'œil.

Si une incision supérieure à 3 mm a été nécessaire, des points de suture sont mis en place.

Un pansement et/ou une coque oculaire sont placés sur l'œil en fin d'intervention.

Les deux yeux ne sont jamais opérés le même jour. Une semaine de délai entre les deux yeux est nécessaire.

 

3 - Suites opératoires


Elles sont le plus souvent indolores.

La récupération de la vision est rapide. Il existe fréquemment un petit trouble visuel le lendemain, qui s'estompe au cours des jours suivants.

Si des points de suture ont été mis en place, ils sont retirés quatre à six semaines après l'intervention. Ils peuvent être à l'origine d'un astigmatisme, limitant l’acuité visuelle. Il faudra alors attendre de les avoir retirés, pour que l’astigmatisme induit disparaisse.

Un traitement postopératoire à base de collyres corticoïde et antibiotique est prescrit pendant quatre à six semaines.

Il est interdit de se frotter les yeux pour le reste de la vie en cas de pose d’implants de chambre antérieure (appui angulaire ou à fixation irienne) pour ne pas induire de contact mécanique entre l’implant et la face endothéliale de la cornée, favorisant la survenue d’un œdème de cornée. Pour les implants cristalliniens, le frottement des yeux est interdit seulement pendant deux semaines, le temps que l’incision cornéenne soit suffisamment solide.

Afin de limiter au maximum les risques d’infection, le maquillage du contour des yeux, l'exposition à des milieux poussiéreux, et la baignade en piscine sont déconseillés le premier mois postopératoire.

Une interruption de travail de deux jours à une semaine est nécessaire après l'intervention de chaque œil. Comme pour la chirurgie laser, des jours de RTT ou de vacances doivent être prévus pour cette chirurgie, considérée de confort. Il ne vous sera pas établi d’arrêt de travail.

 

4 - Avantages


Tous les degrés d’amétropie peuvent être traités. Un astigmatisme associé peut être traité.

La récupération visuelle est rapide.

La précision est importante. Elle dépend du calcul de l’implant. Une petite paire de lunette d’appoint est cependant parfois nécessaire pour certaines circonstances.

Si besoin, un laser de surface ou un lasik tout laser peut être effectué dans un deuxième temps pour affiner le résultat.

Ces techniques sont réversibles. Il est en effet possible de retirer L'implant en cas d'intolérance. En revanche, les complications liées à l'implant peuvent ne pas être réversibles (déformation de la pupille et œdème de cornée notamment).  Le concept de réversibilité doit donc être pris avec précaution.

 

5 - Complications

La fréquence des complications est faible. Cependant, leurs conséquences peuvent être plus graves que celle des chirurgies laser. Il s’agit en effet d’une chirurgie intraoculaire.

La principale complication des implants de chambre antérieure à appuis angulaires est l'oedème de cornée. Il survient quand le diamètre de l'implant est inadapté par rapport à celui de la chambre antérieure. Une surveillance de la densité des cellules endothéliales, dont la perte progressive est la cause de l’œdème de cornée, est obligatoire tous les 6 mois. L’implant doit être retiré si la densité diminue de manière anormale.

Une déformation irréversible de la pupille est également possible. Elle est principalement rencontrée avec les implants à appui angulaire. Un problème de taille inadéquate est également la cause.

Une forte poussée de tension après l'intervention est parfois notée. Une dilatation irréversible de la pupille peut en être la conséquence définitive. L'exposition au soleil devient alors gênante pour le reste de la vie.

Une infection est théoriquement possible. Cette complication demeure exceptionnelle malgré tout. La séquelle peut alors aller jusqu'à la perte complète et définitive de l'œil.

Le décollement de rétine est plus fréquent chez les fort myopes. Toute chirurgie intraoculaire peut être considérée comme un facteur favorisant cette complication. Une perte de la vision plus ou moins sévère, définitive, en fonction de son type et de sa localisation, peut s’en suivre.

La survenue d'une cataracte précoce est possible particulièrement avec les implants de chambre postérieure. Il faut alors retirer l'implant phaque, la cataracte, et mettre en place un implant de chambre postérieure. Une bonne vision peut-être restaurée dans ce cas.

La survenue d'hypertonie oculaire chronique (glaucome chronique) a déjà été constatée après mise en place d'implant de chambre postérieure. Une surveillance régulière de la tension oculaire s'impose donc après la chirurgie.

Un déplacement de l'implant peut survenir en cas de traumatisme. Il doit alors être remis en place au bloc opératoire.

 

6 - Indications

Certains critères anatomiques sont indispensables pour mettre en place ce type d'implants. La profondeur de la chambre antérieure, c'est-à-dire la distance entre la cornée et le cristallin doit être d'au moins 3 mm. La densité de cellules endothéliales de la cornée doit être supérieure à 2000 par mm2.

La meilleure indication de ce type de chirurgie est la forte myopie du patient jeune. En effet, le cristallin étant conservé, ce geste évite la survenue d’une perte complète d’accommodation, à la différence d’une chirurgie du cristallin. De surcroît, le risque de décollement de rétine, est certainement plus faible qu'après chirurgie de la cataracte.

Un implant phaque peut être employé pour corriger une forte hypermétropie, si la profondeur de la chambre antérieure le permet, ce qui n’est pas aussi fréquent que chez les forts myopes